Casimira VS Alexandre Thomas : quand vous ai-je caricaturé ?


Mplv2009

Soyons sérieux, on n’est pas pour l’avortement, pas plus qu’on est pour la guerre. Mais parfois, il faut faire la guerre. « Christine Pedotti »

 

Ce billet sera une manière par laquelle je souhaiterais recadrer les choses publiquement sur la divergence d’opinions qui m’oppose à Alexandre Thomas et tout particulièrement sur le droit à l’IVG, donc ce billet s’adresse en premier lieu à M. Thomas.

Mon billet du 24 juillet : Les droits de la femme : stigmatisation et culpabilisation autour de l’IVG ?, était une réponse publique aux billets publiés par M. Thomas : celui du 21 juillet : Livre : Une Question existentielle (3ème extrait) et celui du lendemain : L’EDITO et auxquels, j’avais décidé de prendre la parole.

Comme je l’ai expliqué dans mon article sur : les droits de la femme, stigmatisation et culpabilisation autour de l’IVG, le premier billet de l’auteur, m’ont littéralement, mentalement et physiquement fait bondir. Pourquoi ?

Cette phrase venant de l’auteur : « ainsi, libres de disposer de leur corps, les femmes ont le droit d’avorter n’importe comment avec la complicité des médecins. »

Cette phrase je l’ai pris comme si on m’avait envoyé un coup de poing en pleine figure, car tout simplement dans cette phrase, j’y ai lu de la stigmatisation et de la culpabilisation envers les femmes ayant recours à l’IVG.

Stigmatisation et culpabilisation, car cela entend que les femmes, du moment qu’elles sont libres de disposer de leurs corps (et encore heureux !), elles avorteraient n’importe comment, selon l’auteur.

Or, cette expression est d’une part, fausse, calomnieuse et empreinte de « sexisme », les femmes n’avortent pas n’importe comment, cette décision leur appartient et leur regarde et personne n’a le droit, et encore moins l’auteur, de critiquer leur décision, qui ne regarde qu’elle, et dont personne, je dis bien personne n’a le droit de critiquer et de vouloir s’y opposer, parce que personne n’a le droit de s’immiscer dans la vie privée de n’importe quelle personne.

Et d’autre part, cela entend que les femmes et les médecins sont « coupables de crime », or, cette expression est non seulement, pouvant être jugée par la loi, car elle accuse de façon mensongère et calomnieuse une personne, mais aussi, elle est culpabilisante, car elle fait porter le poids de la culpabilisation sur le dos de la personne et ceci, est inqualifiable et moralement condamnable.

L’auteur s’insurge sur « l’IVG de confort », or, c’est quoi une « IVG de confort » ? Qui emploie cette expression ?

Durant la campagne électorale Marine le Pen, candidate à l’élection, elle déplorait, car il lui semblait qu’il y avait une multiplication « d’IVG de confort » en France et elle proposait dans son programme présidentiel, le déremboursement de l’IVG de « confort ».

Or, pour Nathalie Bajos, directrice de recherche à l’INSERM et spécialiste des sujets de sexualité, a recadré et fait le point sur l’IVG, lors d’une interview avec l’Express.

[… Question de l’Express : Marine Le Pen a parlé ce jeudi d’un trop grand nombre d’avortements « de confort, terme utilisé dans le milieu médical ». Qu’est-ce qu’une IVG de confort ?

Réponse de Mme Bajos : Parler d’avortement de confort, c’est donner un qualificatif moral à un fait médical et favoriser ainsi un discours politique en culpabilisant les femmes. Ce n’est absolument pas une terminologie scientifique et je suis bien incapable, en tant que chercheuse, de vous expliquer ce qu’est un tel avortement… Dans la mesure où une femme juge que l’accès à l’IVG est inévitable, il n’est en aucun cas question de confort. Ce n’est pas parce qu’un médecin membre d’un comité d’éthique a inventé l’expression, qu’il faut l’utiliser et, pire, la généraliser. …]

Marine le Pen, a semble-t-il « mal » interpréter les propos sur « l’IVG de confort » qu’aurait tenu le Dr Grégoire Moutel en 2009 au Figaro, il est responsable du laboratoire d’éthique médicale de l’université Paris-Descartes. Il semblerait qu’elle ait utilisé les propos du médecin pour mieux culpabiliser et manipuler l’opinion, afin de faire passer son « message » ?

[… Question de l’Express : Marine Le Pen et son compagnon Louis Aliot ont relancé la polémique sur l’avortement en s’appuyant notamment sur une interview de vous dans le Figaro dans laquelle vous parlez d' »IVG de confort ». Soutenez-vous le point de vue défendu par la candidate frontiste ?

Réponse de M. Moutel : Absolument pas ! Le Front national a manipulé mes propos pour défendre ses idées et justifier le déremboursement de l’IVG. Louis Aliot m’a même élevé au rang de « professeur » pour assoir ses arguments. Je prône exactement l’inverse : pour moi, une telle mesure relancerait les filières clandestines avec des conséquences dramatiques au niveau sanitaires et financier. Je milite en faveur de l’IVG et d’un meilleur accès des femmes à la contraception. Contrairement à ce qu’affirme Marine Le Pen, les femmes qui se font avorter ne considèrent pas cela comme un moyen de contraception. Elles le font généralement car elles ont difficilement accès à la contraception.

Question de l’Express : Pourquoi alors avoir utilisé le terme « IVG de confort » ?

Réponse de M. Moutel : Tout d’abord je tiens à préciser que ce n’est pas moi qui ai inventé ce terme. « L’IVG de confort » est issue de la littérature médicale anglo-saxonne. J’en ai effectivement parlé dans cette interview au Figaro mais mes propos ont été sortis de leur contexte et mal retranscrits…

L’article a été fait en 2009, au moment des propositions de loi pour faciliter l’accès à l’IVG. J’expliquais que dans des cas extrêmement rares, les professionnels se trouvaient face à des cas de conscience. Par exemple, depuis l’allongement de 12 à 14 semaines de la durée légale de l’IVG, les gynécologues pouvaient voir lors de l’échographie du troisième mois un membre malformé. Cela ne rentre pas dans les critères d’interruption médicale de grossesse, mais certains parents, grâce à l’allongement du délai, faisaient le choix d’avorter. C’est cela que j’ai appelé « avortement de confort ». Mais il n’y a pas plus de 15 cas par an alors que dans l’article du Figaro, on fait passer mes propos pour une généralité.  …]

Or, cette expression sur « l’IVG de confort » à l’anglo-saxonne, est parfois utilisée par des groupes ou des lobbys « pro-vie« , qu’il soit Américain ou qu’il soit Français, ce groupe a fait circuler une pétition à l’ancien premier ministre Fillon pour qu’il ne finance plus les plannings familiaux…

Donc, j’y vois surtout chez ceux qui emploient cette expression, sont ceux qui sont contre le droit à l’IGV ? En véhiculant que les IVG seraient des « IVG de confort » ? Donc, ceci m’indigne au plus haut point ! Car cela n’existe pas « l’IVG de confort », aucune femme ne se fait avorter par confort… Qui oserait le prétendre ? Et qui oserait prendre la décision de juger que l’IVG est une « IVG de confort » ? Un médecin ? Un prêtre ?…

C’est ce qui semblerait être le cas avec les nombreux billets de M. Thomas ?

Cela répond-il à votre indignation ? Voyez-vous, votre indignation m’indigne ?

Le jour de la publication de l’article M. Thomas, je ne me suis pas trop épanchée dessus, en clair, j’ai laissé « pisser »… dira-t-on vulgairement !

Le lendemain, rebelote, l’auteur publie son Edito.

Et là, a mon sens, à travers les lignes, j’y ai lu cette fois-ci de la stigmatisation envers ceux qui sont « pour » le droit à l’IVG et donc moi. Je me suis senti particulièrement viser par ceci :

[… « Le débat sur l’IVG a été volontairement clivé pour que se réalise l’adage selon lequel « Qui se ressemble s’assemble ». Dieu reconnaîtra les siens. Il fallait vraiment ce débat pour démêler le bon grain de l’ivraie. » …]

C’est ce qui a motivé mon article du 24 juillet et je ne vais pas y revenir dessus, autrement vous allez avoir 3 heures de lecture au moins ! J’ai quand même pitié de vous !

Par cet article, j’ai mis un terme à ce qui m’opposer avec M. Thomas, mais seulement, celui-ci « minimise » cette divergence comme « d’une bataille de polochon » ?

[… Après les polémiques récentes, le temps est venu de recadrer les débats, rappeler à tous la ligne éditoriale de cet espace qui est courtoisie et confrontation des idées et rien que les idées, car le blogueur n’est pas seulement un arbitre des batailles rangées, mais aussi et avant tout un journaliste.

Hélas, certains blogueurs ne le sont que de nom, car ils n’ont souvent ni la formation ni la dimension humaine supérieure leur permettrant de maîtriser les viles pulsions, si bien qu’ils confondent information et bataille de polochons où on se crêpe le chignon. …]

Cet article m’était destiné particulièrement, alors ne voulant pas revenir sur la divergence et pour ne pas non plus lui offrir « une tribune » à ce qu’il semble vouloir véhiculer, je lui ai répondu par cet article : Tordons le cou aux contre-vérités véhiculées sur le blogueur qui n’est pas un journaliste ! et par lequel, j’ai essayé de lui montrer qu’il avait une curieuse façon de se targuer du titre de « journaliste » et me targuer, moi d’une « blogueuse, seulement de nom »… J’ai y vu de sa part, une « tentative » de me discréditer et par ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’il le fait, mais en privé et par courriel, comme par exemple le jour de la publication de son « EDITO »…

Mais seulement, l’auteur continue à vouloir provoquer un « débat »… personnellement, je le conçois comme d’une « tentative » à faire plier les pouvoirs publics.

En publiant, par exemple, un article sur une découverte macabre en Russie, et par lequel, je vous réponds en vous donnant cette analyse à lire et faite par Mona Claro, doctorante à Sciences-po Paris et actuellement en mobilité à l’Université Lomonossov de Moscou : Démographie russe, Histoire d’un défi pour le futur… Est-ce que vous comprenez au moins ?

Il ne suffit pas de vouloir lancer un débat et de dénoncer des choses, dont vous le premier ignorer les raisons de ses femmes vivant dans un pays, qui me semble-t-il n’est pas un pays « démocratique », et surtout, sans y apporter des explications, une analyse claire et concise sur cet état de fait. Avez-vous déjà parlé à ces femmes russes au moins ?

Mais pire à mon sens, quand on lui souligne l’histoire de cette fillette brésilienne de 9 ans, qui a été violée par son beau-père, suite à l’agression sexuelle qu’elle a subie, comme pour rajouter du malheur au malheur et de l’ignominie à l’ignominie, elle est tombée enceinte de jumeaux, les médecins et sa mère, je présume, ont décidé de la faire avorter, car d’une part, cette grossesse non désirée était dangereuse pour sa propre vie et d’autre part, cette grossesse provient d’un crime sordide, le viol…

[… Mgr José Cardoso Sobrinho, archevêque de Recife (nord-est du Brésil) a décidé d’excommunier la mère et l’équipe médicale qui a pratiqué l’avortement. Quant au beau-père, « certes, ce qu’il a fait est horrible, mais il y a tant de péchés graves, et le plus grave est l’élimination de deux vies innocentes. » …]

Ce qu’il a perçu dans ce drame est seulement ceci :

[… (…) Je n’appartiens pas à l’Eglise, mais ce que je retiens de cet article, c’est :  » IL FAUT TOUJOURS PROTÉGER LA VIE » !!!!!! Elle est précieuse, unique, un don gratuit ! Écrit par : Alexandre Thomas | 30.07.2012 | …]

Et quand on lui souligne la jeunesse de la fillette :

[… Tout le monde souffre. Écrit par : Alexandre Thomas | 30.07.2012 | …]

Donc en réponse aussi avec votre conversation avec qui vous savez, je vous réponds aussi.

[… Sauf que sans la caricature faite par (xxxxxxxx) à mon égard, vous auriez compris en toute objectivité que j’avais bien précisé sur le premier billet traitant de l’IVG que celle-ci ne devait être pratiquée que dans des cas comme celui-là. C’est parce qu’on a déformé mes propos (xxxxxxxx parlant à ma place) que vous pensez vous et moi sommes en opposition alors que non. …]

Alors quand vous ai-je caricaturé ? Quand ai-je parlé à votre place ? Quand ai-je déformé vos propos ?

Voyez-vous, je n’ai pas besoin de vous caricaturer et encore moins de parler à votre place…

Vous le faites si bien tout seul !

 

Retrouvez aussi cet article sur mon blog au Nouvel Obs.

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité, Mes coups de gueule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 201 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 74,982 hits
Catégories
Calendrier
juillet 2012
L M M J V S D
« Juin   Août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
%d blogueurs aiment cette page :