Témoignage d’Omar-Jamel : Maurice Papon, c’est quelqu’un que l’on n’est pas prêt d’oublier à Constantine


enseigne-guerre-dindependance-algerie-L-E2S8UK

« Selon le témoignage d’Omar-Jamal Zerdab : je me limiterai à la reconnaissance du président François Hollande, la reconnaissance du massacre du 17 Octobre 1961, où une estimation entre 300 et 400 victimes avait été avancé par des personnes qui avaient assisté au drame. »

Tout ce que vous venez de dire à propos de la xénophobie et du racisme, l’exclusion et toutes ces haines que seuls ces gens-là sont devenus « maîtres » en la matière, sont justes et tout à fait logiques.

Cependant, je me limiterai à la reconnaissance du président François Hollande, la reconnaissance du massacre du 17 Octobre 1961, où une estimation entre 300 et 400 victimes avait été avancé par des personnes qui avaient assisté au drame.

Nous pouvons même avancer un chiffre au rabais, cela n’empêche qu’il y a eu des morts, des orphelins, des veuves et la perte d’un être cher au sein d’une famille.

Il se trouve que je suis de Constantine, Maurice Papon y était préfet et j’en sais quelque chose, car c’est quelqu’un que l’on n’est pas prêt d’oublier.

Il avait mené une répression sans pareille dans ce département qu’il gérait, il était connu par sa cruauté que même Néron, le tyran de Rome serait à coté de lui, un enfant de chœur.

Il fallait vivre en Algérie pour connaitre la réalité sur toutes les exactions commises et notamment durant la guerre d’Indépendance.

A cette époque, les Autochtones (Algériens) étaient carrément exclus de la société dite « Européenne » (pas de droit au vote, pas droit au travail, hormis l’esclavage et encore pour quelques « chanceux  » qui arrivaient à gagner de quoi acheter un pain pour la journée pour subvenir aux besoins de leur famille, souvent nombreuse).

Ce qui est très étonnant, c’est que les « Français » qui avaient colonisé l’Algérie, étaient tout sauf Français (il y avait des Italiens, des Espagnols, des Portugais, des Maltais et … quelques Corses, quoique ces derniers étaient considérés comme étant Français).

Donc, si la France a perdu l’Algérie, c’est tout à fait normal, puisque les colons n’étaient pas des descendants de Clovis ou plus exactement, des Français de souche.

D’ailleurs, ils s’en foutaient pas mal, puisque le pays leur avait été servi avec toutes ses richesses sur un plateau d’argent.

Il fallait en profiter au maximum sans pour autant associer les « indigènes », les vrais Algériens, que les pilleurs éprouvaient un plaisir à les appeler « esclave ».

Certes, il y avait des vrais Français, dont le comportement était diamétralement opposé à celui des premiers cités.

Ils étaient surtout dans l’enseignement et malheureusement les occupants les ont surnommé, « les blouses grises », à cause du tablier de couleur grise qu’ils portaient.

A ces derniers, je rends un grand hommage pour le savoir qu’ils ont peiné à nous transmettre, car les conditions étaient difficiles, les colons ne voulaient pas que l’on n’en sache plus, pour eux, le strict minimum suffisait juste pour que nous puissions comprendre les ordres qu’ils nous transmettaient.

Les Algériens ont créé des partis politiques pour pouvoir transmettre nos revendications qui étaient très simples, à savoir, la reconnaissance de notre existence, le droit au travail, au social et à l’école pour les enfants.

Niet, la répression s’est accentuée, les partis créés ont sombré dans la clandestinité, et l’emprisonnement pour les leaders de partis.

C’est pourquoi le FLN s’est battu pour l’indépendance du pays, il voulait chasser les intrus qui avaient mis 132 ans à piller l’Algérie, en dépossédant les agriculteurs de leurs terres, les rendant des propriétaires sans terres.

Vous savez qu’à cette époque, il y avait 1 million et demi « d’Européens », pour 6 millions d’Algériens, ils auraient pu vivre ensemble en très bonne entente dans un pays aussi riche qu’est L’Algérie.

La stupidité de l’occupant en a voulu qu’il en soit autrement, mais sans se rendre compte que l’Algérien avait une dignité et une identité, tout ceci l’a obligé à avoir recours à la lutte armée pour en définitive, libérer le pays.

Et puis, il ne faut pas aussi oublier les déportations de la population vers des régions lointaines, comme à la Nouvelle Calédonie et à Cayenne, séparant des familles entières.

Mais, le plus remarquable, c’est que pendant la Seconde Guerre mondiale, la France de Vichy s’était alignée avec l’Allemagne.

Le général de Gaulle lors de son discours commençant par : « la France bafouée, la France meurtrie » n’avait trouvé que les tirailleurs Algériens qui avaient répondu présent à son appel et bien sûr, quelque résistants que vous devez, d’ailleurs, leur rendre hommage.

Car c’est grâce à eux (Algériens et Résistants) que la France a retrouvé son honneur et a été gratifiée d’un siège permanent au conseil de sécurité.

La France a, certes, « remercié les Algériens qui ont participé d’une manière active à sa libération lors du débarquement de Normandie, par l’élimination pure et simple de 45 000 indigènes » le 8 mai 1945, tandis que les Résistants fêtaient la victoire aux côtés des Alliés (les gens de Vichy) de l’Allemagne, qui ces derniers sont devenus subitement les vrais libérateurs du pays.

Alors voyez-vous après tout ceci, non, la haine ne sert à rien, le racisme mène au désastre et si je me réfère au « Groupe Identitaire » qui vient de se créer, sont-ils tous Français ?

Je me rappelle d’une émission à la télévision Française en 1997, l’émission politique Mots Croisés animée par les journalistes, Arlette Chabot et Alain Duhamel.

Il y a eu un débat entre le député-maire RPR de Neuilly, Nicolas Sarkozy et le ministre de l’Intérieur sous le gouvernement Jospin, Jean-Pierre Chevènement, et en duplex, il était aussi, entre autres, le professeur Léon Schwartzenberg, porte-parole des Sans-Papiers.

Nicolas Sarkozy ne voulait pas entendre parler des immigrés, il voulait les chasser tous hors de la France et notamment les Maghrébins, ce qui avait fait réagir le professeur Schwartzenberg.

Du coup, Léon Schwartzenberg lui avait posé une question directe et en ces termes : « Monsieur Sarkozy, depuis combien de temps votre famille est-elle installée en France ? »

Le ministre qui avait l’air d’être très gêné a eu du mal à répondre : « Non, non, je vais vous répondre, mon père est arrivé en France au lendemain de la guerre (1947), chassé par les Communistes qui avaient pris le pouvoir ! »

« Eh bien », lui rétorqua Léon Schwartzenberg, « la seule différence Monsieur Sarkozy, entre vous et les immigrés que vous voulez expulser, c’est qu’ils sont venus en France un peu plus tard, voilà leurs seules tares ! ».

Simplement, Nicolas Sarkozy avait oublié que la Seconde Guerre mondiale était déjà terminée à cette époque, c’était, semble-t-il, une réponse gênante et précipitée.

Je remercie Omar-Jamel Zerdab de m’avoir permis de publier son témoignage.


Retrouvez aussi cet article sur mon autre blog au Nouvel Obs.

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité, Politique
One comment on “Témoignage d’Omar-Jamel : Maurice Papon, c’est quelqu’un que l’on n’est pas prêt d’oublier à Constantine
  1. Le pédagogue dit :

    Le pédagogue :

    Un peu partout, dans Paris et sa région des hommes, des femmes et des enfants marchent.
    Pour soutenir la résistance des Indigènes contre le colonialisme français.
    Des basanés.
    D’habitude, ils passent inaperçus.
    Ils quittent rarement leurs réserves et les lieux où ils triment.
    Et les voilà subitement en masse.
    Comment est-ce possible ?
    Comment osent-ils devenir visibles ?
    Ils marchent.
    Des hommes, des femmes, des enfants.
    Depuis combien de temps ?
    Quelle distance ont-ils parcouru ?
    Pour eux, le temps ne compte pas et ils ne mesurent pas l’espace.
    Un immense souffle est en eux.
    Le but est dans leur coeur et rien de ce qui est éphémère ne les atteint.
    Ce qui doit être sera.
    Ils s’approchent de la Seine au rythme de battements tels ceux du coeur de la mère que tout enfant béni garde en lui.
    Une marche pleine d’espoir.
    On aurait dit l’aurore de la vie.
    Un peu partout, des rangs noirs formés par des forces dites de l’ordre.
    Par moments, de lourds nuages voilent la clarté du jour.
    Mais pour ces êtres qui marchent, le ciel est d’un magnifique éclat et la Seine est radieuse.
    Mohammad sourit à sa mère qui lui caresse les cheveux, et serre fort la main de son père.
    Les rangs noirs explosent, des véhicules ternes vrombissent.
    L’arsenal du maintien de l’ordre se répand en un déversement de haine.
    Les marcheurs sont encerclés.
    Dans Paris et sa région, plus de douze mille arrestations.
    Des camps de détention et de torture.
    Des blessés.
    Des tués.
    Des corps d’hommes, de femmes et d’enfants jetés dans la Seine.
    Des moyens dits d’information ont informé :
    Des semeurs de désordre, terroristes musulmans, ont été mis hors d’état de nuire.
    La liberté.
    Taratata.
    L’égalité.
    Taratata.
    La fraternité.
    Taratata.
    Le ciel infini est bleu.
    La Seine coule.
    Depuis des années, Mohammad, maintenant grand-père, y vient assez régulièrement.
    Il s’arrête, fixe le fleuve et sourit à ses parents, jetés dans la Seine le 17 octobre 1961 (selon le calendrier dit grégorien).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 201 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 74,051 hits
Catégories
Calendrier
octobre 2012
L M M J V S D
« Sep   Nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Principaux clics
  • Aucun
%d blogueurs aiment cette page :