Le buzz de la semaine est attribué à l’UMP : ton univers um-pitoyable


copé et fillon la guerre

« Selon la philosophie féroce : Exercices anarchistes, de Michel Onfray : Sarkozy exprime la quintessence des gens de ressentiment : fort avec les faibles, faible avec les forts. D’autant plus impitoyable avec les victimes sans défense. C’est sans risque. Et fermant les yeux avec les autres, les bêtes de proie sans foi ni loi, ceux avec lesquels se conduisent les campagnes présidentielles, se fomentent les réseaux utiles pour parvenir au pouvoir et s’y maintenir. [. .. ] Bientôt fort de son image, et de sa seule image, Sarkozy pourra briguer le fauteuil de monarque républicain. Le seul endroit ou un délinquant peut vivre en toute impunité. »

 

Trêve de plaisanteries et blague à part, le premier parti de l’opposition, l’UMP, a explosé en plein vol.

[… Après l’échec de Sarkozy, j’imaginais que le processus de destruction de l’UMP prendrait deux ou trois ans. Non, il aura juste fallu à ses cadors un semestre dans le rôle inhabituel d’opposants, sans pouvoir dépasser le stade de la colère d’avoir perdu, plus quelques jours d’un exercice inédit de démocratie interne, pour perdre leur sang froid et exploser sous nos yeux ébahis, analyse Seb dans son article sur un ton drôlement acidulé : « Pas d’orchidées pour l’UMP« . …]

Le pire pour ses militants et leurs dirigeants, ce sont ses fondements qui ont volé en éclats et cela avait été prédit bien avant l’échec de Nicolas Sarkozy à la présidentielle.

Justement avant les présidentielles, si Sarkozy échouait à cette élection, l’échec provoquerait une guerre des chefs, une guerre des egos.

C’est ce qui s’est passé, nous avons assisté, médusés pour beaucoup, inquiets pour certains et amusés pour d’autres, à la fin d’un parti politique, qui avait été naguère républicain.

Or à mon sens, l’UMP n’est plus un parti républicain à présent, pour la simple bonne raison que sa base s’est embourbé profondément dans le bourbier de l’extrême droite.

Le premier à s’être attaqué aux digues séparant l’UMP du Front national et sapant ainsi les efforts consentis par notamment Jacques Chirac, auxquels il avait tenu éloigné cette extrême droite, c’est Nicolas Sarkozy.

Sous l’impulsion de Patrick Buisson (ex du FN), il a entamé son processus, notamment avec son discours de Grenoble, discours hyper sécuritaire, à l’issue de lequel de nombreuses voix se sont indignées, considérant ses propos, « antirépublicains, semblables à ceux prononcés par le Front national et, dignes des ligues des années 30 et du régime de Vichy ».

Voire aussi comment Adolf Hitler a pris le pouvoir en Allemagne en 1918, dans un contexte d’une crise exceptionnelle sociétale et politique, alors que sa fondation démocratique était toute récente et donc fragile.

[… Née d’une défaite et d’une révolution, la République de Weimar s’était mal enracinée, d’autant que serviteurs et nostalgiques du Kaiser restaient très nombreux dans l’armée, l’administration, l’économie et la population. Le Zentrum catholique, parti membre de la coalition fondatrice de la République, s’engage dans une dérive autoritaire à partir de la fin des années 1920, tandis que communistes, nationalistes du DNVP et nazis continuent de refuser le régime et de le combattre. Enfin, le culte traditionnel des grands chefs et l’attente diffuse d’un sauveur providentiel prédisposaient une bonne part de sa population à s’en remettre à Hitler. État-nation très récent et fragile, traversé de multiples clivages géographiques, religieux, politiques et sociaux, l’Allemagne entre en plus dans une nouvelle phase d’instabilité politique à partir de 1929. Après le décès de Gustav Stresemann, artisan avec Aristide Briand du rapprochement franco-allemand, la chute du chancelier Hermann Müller en 1930 est celle du dernier gouvernement parlementaire. Il est remplacé par le gouvernement conservateur et autoritaire de Heinrich Brüning, du Zentrum. …]

Heureusement pour nous Français que notre pays a une longue histoire derrière elle et sur laquelle ses fondations démocratiques se sont enracinées profondément, même si l’ancien chef de l’Etat les a ébranlés à plusieurs reprises, le peuple, lui, veille au grain.

Aujourd’hui, l’UMP est profondément, irrémédiablement et incurablement divisé en deux blocs identitaires, auxquels deux visions politiques et sociétales se confrontent et s’opposent, c’est la fracture morale et politique à laquelle François Fillon avait fait allusion.

D’un côté nous avons la droite dite décomplexée foulant les terres de l’extrême droite de Jean-François Copé et de son équipe, dans laquelle quelques personnalités politiques soutenant Copé nous paraissent si incongrues et contradictoires, comme le sénateur Jean-Pierre Raffarin (ex centriste de l’UDF) par exemple, dit, reconnu et qui se qualifie lui-même comme étant « un humaniste ».

Etonnant de voir Raffarin soutenir Copé, alors que ce dernier est dans la même posture idéologique que Sarkozy. Et pourtant souvenons-nous, Jean-Pierre Raffarin avait dénoncé la dérive droitière de la campagne électorale de Sarkozy, estimant sur BFMTV-RMC que « la stratégie de Grenoble, la dérive droitière de l’UMP avait échoué », et en avouant, toujours sur BFM, qu’il préférait « la jeune génération » que le « retour » de Sarkozy. Or, Copé n’a pas l’air d’être hostile à son retour.

Pour moi ce n’est qu’un leurre afin de rassurer les militants et les Français qui pourraient être effrayés par les dérives droitières de Copé, donc Raffarin tiendrait en quelque sorte le rôle du patriarche rassurant.

Alors que penser des accusations de François Fillon à RTL ?, dans lesquelles il accuse Copé et son équipe d’avoir instauré au sein de l’UMP une « mafia » : « je veux dire qu’un parti politique ce n’est pas une mafia. Ce n’est pas un endroit où on peut étouffer les affaires, refuser dire la vérité ».

RTL – François Fillon sur RTL : « Un parti politique, ce n’est pas une mafia » – Créé le 23/11/2012 à 07h54 – (Cliquez sur la vidéo pour la voir sur Dailymotion)

Et de l’autre, nous avons la droite modérée, autoritaire, républicaine et classique de François Fillon.

Mais des personnalités politiques faisant partie de son équipe sont autant incongrues et contradictoires que chez Copé, comme l’ancien ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, connu pour avoir tenu des propos très à droite et aussi réputé comme étant un sarkozyste.

Alors que penser aussi du sénateur Gérard Longuet, (ex-Front national) dans l’équipe de Fillon ?

Longuet qui est coutumier des coups d’éclat sans modération, comme le lapsus qu’il fit sur RTL trahissant son histoire personnelle d’homme politique.

Après une polémique, il était venu s’expliquer sur une interview qu’il avait accordait à l’hebdomadaire de l’extrême droite, Minute, qui avait fait polémique.

Analysant la relation avec le Front national, auquel il expliquait que tous les partis politiques, y compris le PS, devaient se poser la question de comment gérer une relation avec un parti (FN) qui a la tentation de se banaliser, au lieu de dire « pour eux, au Front national, c’est un vrai problème », il fit un lapsus en disant : « pour nous, au Front national ».

Youtube – Publiée le 10 nov. 2012 par Autour du Monde Diplomatique

La crise est si profonde que même la remise en question n’a pas eu lieu sur les évènements électoraux passés.

Or, l’UMP a perdu toutes les élections : les régionales, les cantonales, la présidentielle…, à cela il faut rajouter, le bilan du dernier quinquennat de Sarkozy qui s’est soldé en un néant vertigineux et sans compter que la « République irréprochable » promis par ce dernier s’est transformée en une « République bananière ».

Un autre paramètre peu contribuait à faire disparaitre l’UMP, ses finances précaires, mais qui donne un grand avantage à François Fillon comme moyen de pression sur Copé.

L’UMP a une dette colossale, estimée à 50 ou 70 millions d’euros, selon plusieurs sources parlementaires et sa trésorerie est dans le rouge écarlate, autour de 15 millions d’euros, explique le média Challenges : « Les dessous financiers de la guerre Fillon-Copé à l’UMP« 

La direction de l’UMP est contrainte de réduire son train de vie et elle est mise sous pression par ses banques créancières, auxquelles s’approche de façon éminente l’acquittement de traites bancaires.

De plus, il faut rajouter à cela que l’UMP ne pourra plus compter en 2013 sur les 30 millions d’euros de financement public qu’elle avait touchés au titre de l’année 2012, mais seulement à 20 millions d’euros.

[… L’échéance fatidique du 30 novembre

Selon des informations recueillies par Challenges, l’ancien ministre de l’Economie François Baroin, soutien de Fillon, cherche à fédérer un groupe de parlementaires en marge du groupe UMP, présidé par le copéiste Christian Jacob. Si cette idée devenait réalité, le parti devrait faire avec quelques millions d’euros de moins.

Depuis la loi de 1988, le financement public des partis politiques repose sur deux « fractions ». D’une part, le nombre de voix obtenues au premier tour des élections législatives: chacune d’entre elles garantit 1,68 euro par an aux partis qui ont fait 1% des suffrages dans au moins 50 circonscriptions. A ce titre, l’UMP, qui a obtenu plus un peu plus de 7 millions de voix le 10 juin dernier, peut espérer près de 12 millions d’euros, auxquels il faut retrancher 5 millions d’euros environ pour non-respect de la parité. Soit 7 millions d’euros.

D’autre part, chaque parlementaire qui se revendique d’un parti lui apporte une dot d’un peu plus de 42.000 euros par an. Avec 196 députés et 131 sénateurs, l’UMP peut attendre 13 millions d’euros. Sauf si des élus refusent finalement d’endosser ses couleurs… La date fatidique est toute proche : c’est le 30 novembre que les députés et sénateurs doivent déclarer à qui ils veulent verser ces 42.000 euros. Vu le contexte actuel, les parlementaires soutenant François Fillon (151, selon le Monde) pourraient donc décider de « tuer » Jean-François Copé en l’étranglant financièrement. 151 députés à 42.000 euros, ça fait plus de 6 millions d’euros… Un manque à gagner impossible à assumer, vu la situation financière de l’UMP. …]

A cela, rajoutons aussi que les aides publiques seront versées qu’au mois de juin 2013 et si ces parlementaires se réunissent en un groupe parlementaire, cela engendrerait une véritable scission qui affecterait durement les finances du parti, car une partie de ces aides publiques seraient allouées à un « parti ami » et non aux caisses de l’UMP…

On saisit mieux alors les propos de Copé : « L’entourage de François Fillon, qui est aux abois, est en train d’instrumentaliser un certain nombre d’amis élus parlementaires qui l’ont soutenu et qui, en toute bonne foi, sont tentés d’aller vers l’implosion de l’UMP. Tout cela est fait dans une seule idée, une idée suicidaire, qui est de mettre en cause l’UMP. Derrière ça, c’est un coup politique, pour ne pas dire un putsch. »

Ces deux blocs seront inconciliables, car ils ont été beaucoup trop loin et je vois mal Alain Juppé ou qui que ce soit d’ailleurs, réussir à les rapprocher en arrondissant les angles et même s’il réussit à régler le problème des résultats de ce vote interne au parti, cela ne changerait rien au problème, car si on savait que Copé et Fillon ne s’appréciaient guère, cette guerre fratricide nous a appris qu’ils se haïssaient profondément.

Youtube–Libération – Le lipdub UMP après le fiasco revisité par Libé – Publiée le 24 nov. 2012 par Casimira68


Retrouvez aussi cet article sur mon autre blog au Nouvel Obs.

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité, Les news de Sarkouille la fripouille, Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 201 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 74,372 hits
Catégories
Calendrier
novembre 2012
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
%d blogueurs aiment cette page :