Le "bras d’honneur" de Copé à Juppé, selon Jean-François Lamour


coluche_bras_d_honneur_pics_3901_698

« Selon un extrait de, L’apprentissage de la sérénité, de Louis Pauwels : L’homme de qualité exige tout de soi. C’est un souverain. L’homme sans qualité exige tout des autres. C’est un despote. » 

 

66046_127517414070222_734498437_nAprès que Jean-François Copé s’est autoproclamé dimanche dernier président de l’UMP, alors que les suffrages n’avaient pas été encore tous décomptés, cette sortie médiatique a été prise carrément pour un « putsch politique », par les Français.

Après que Jean-François Copé ait torpillé la médiation d’Alain Juppé, après l’avoir fait balader durant plusieurs jours pour finir par lui adresser un « bras d’honneur », selon l’analyse du député Jean-François Lamour, soutien de Fillon.

Après avoir tenu aussi une posture « pathétique » devant les caméras à la sortie de cette médiation dimanche, qui à mes yeux est d’une parfaite hypocrisie risible, à l’issue de laquelle Copé a déclaré que la réunion s’était déroulé dans la plus grande courtoisie, or, aux dires de Juppé, cela a été tout le contraire.

Alors, c’est sans surprise que la CONARE de l’UMP (nom de « baptême » de cette commission de recours qui ne s’invente pas, comme celle de la COCOE par ailleurs), avec, soi-disant et selon la CONARE, majoritairement copéiste faut-il le rappeler, 952 voix d’avance sur François Fillon, contre 98 lors de la première proclamation des résultats du 19 novembre.

Cette info qui n’est pas une surprise vu le contexte de ce feuilleton digne de la série Dallas, alors que dans cette commission siègent majoritairement des copéistes, on est en droit de soupçonner que cette commission a pu commettre des malversations ou des bidouillages ou du moins on peut se poser des questions..

Fillon et ses soutiens ont déclaré à la presse que cette déclaration n’était qu’un simulacre et contestent les résultats.

Or, ce résultat est à prendre au conditionnel, car il ne légitime pas, à mon avis, Jean-François Copé comme étant le légitime président de l’UMP, puisque des accusations selon lesquelles Copé se serait emparé de l’UMP pour ses propres ambitions et que François Fillon a décidé de saisir la justice.

Alors à cette heure, Jean-François Copé semble être plutôt le président « illégitime » de l’UMP et il le restera tant que la justice ne sera pas prononcée sur les résultats en rétablissant la stricte vérité sur le déroulement de ce scrutin interne au parti, qui a été lui aussi, semble-t-il, torpillé ou du moins très mal organisé, ce qui est étonnant pour un grand Parti politique comme l’UMP.

Donc, Jean-François Copé qui doit avoir, à mon avis, beaucoup de choses à se reprocher, il a perdu sa crédibilité vis-à-vis de ses militants, mais bien au-delà des militants, il n’est plus audible vis-à-vis des sympathisants de l’UMP et des Français en général.

Ce matin, François Fillon dans un communiqué de presse a déclaré avoir saisi la justice, dans lequel une ordonnance sur requête a été ordonnée par un juge afin de saisir à titre conservatoire les données électorales, enfin de les mettre sous scellés par huissier de justice :

[… Dans le cadre de la procédure en justice qui sera intentée pour rétablir la vérité sur les résultats, François Fillon demande un accès équitable aux données électorales (listes d’émargement,procès verbaux, procurations…).

Depuis le déroulement du scrutin, l’équipe de campagne de François Fillon n’a pas eu accès, malgré les demandes réitérées aux preuves de ce scrutin. Or, la conférence de presse d’un salarié de l’UMP, M. Jérôme Lavrilleux, tenue jeudi 22 novembre au siège de l’UMP, a pu faire penser qu’il avait eu accès aux éléments constitutifs des résultats du vote (procurations, liste d’émargement etc…) normalement détenus sous contrôle d’un huissier de justice. Enfin, la demande répétée de publication des résultats de la COCOE fédération par fédération n’a toujours pas obtenue de réponse favorable.

On ne peut donc considérer que les documents électoraux soient a l’abri de manipulations ou d’altérations, et d’autre part il est certain que l’égal l’accès des parties en présence n’est aucunement garanti. S’agissant de la contestation des résultats d’une élection a propos de laquelle le président de l’organe statutairement compètent pour proclamer les résultats a reconnu avoir « oublie » 1304 votes, une grande rigueur s’impose.

Toutes ces raisons conduisent l’équipe de campagne de François Fillon à demander, en vertu de l’article 145 du nouveau code de procédure civile, la saisie à titre conservatoire des données de électorales pour garantir ses droits de défense. En effet, l’article 145 du nouveau code de procédure civile, dispose que « s’il existe un motif légitime de conserver ou d’établir avant tout procès la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution d’un litige, les mesures d’instruction légalement admissibles peuvent être ordonnées a la demande de tout intéressé sur requête ou en référé ».

L’ordonnance rendue par le vice Président du tribunal de paris mandate en conséquence des huissiers pour assurer la bonne conservation et l’égal accès de ces documents, soit au siège de l’UMP, soit, au cas ou cela s’avèrerait impossible, dans les locaux de la chambre nationale des huissiers. …]

L’huissier mandaté par la justice, Me Denis Calippe, s’était rendu au siège parisien de l’UMP, ce matin même, a été confronté au camp Copé, qui a, selon les proches de Fillon, refusé d’exécuter l’ordonnance de justice. Il est reparti sans avoir pu mettre ces documents sous scellés.

[… Les huissiers se sont présentés pour obtenir la sécurisation des preuves et des documents du vote et l’égal accès  à toutes les parties au matériel électoral, pour travailler dans des conditions raisonnables. Les dirigeants de l’UMP ont refusé d’exécuter sur minute une décision de justice ayant force obligatoire, a déclaré dans un communiqué l’avocat de Fillon. …]

Mais au-delà de cette saga, cette confrontation entre François Fillon et Jean-François Copé a levé encore plus le voile, pas très glorieux, sur ce parti politique, dans lequel la démocratie n’a pas l’air de faire partie des principes de certains dirigeants politiques et on comprend mieux comment la « République bananière » a été instaurée par l’ancien président, Nicolas Sarkozy, au lieu de sa « République irréprochable ».

Déjà, nous avons appris que l’UMP s’est lourdement endettée, sa trésorerie affiche la couleur rouge écarlate, les banques mettent la pression pour que l’UMP honore ses créances et le montant des aides publiques seront vu à la baisse, à cause notamment du non-respect de la parité au cours des dernières élections nationales.

Si la scission du camp Fillon est constituée ou s’il constitue un groupe parlementaire indépendant, il y a un risque majeur pour que l’UMP se retrouve en faillite.

Comme l’avait pu être le Front national après l’élection présidentielle de 2007, auquel une partie de ses biens immobiliers ont été vendus pour assainir les pertes, comme le siège du FN, le « paquebot« .

Pour le cas de l’UMP et de cette menace de scission par le camp Fillon ou la constitution d’un groupe parlementaire indépendant, si cette menace est mise réellement en place, une partie des fonds publics seront alloués à un autre groupe parlementaire ou un autre parti politique, si Fillon décide d’en créer un nouveau et cela dépendra aussi du nombre de ces députés rejoignant la scission de Fillon.

A savoir que 42 000 euros par an sont alloués à un député et selon le Monde, il serait 151 à rejoindre Fillon, ce qui fera 42 000€ X 151 (députés) = 6 342 000 euros qui n’iront pas dans les caisses de l’UMP.

[… Depuis la loi de 1988, le financement public des partis politiques repose sur deux « fractions ». D’une part, le nombre de voix obtenues au premier tour des élections législatives : chacune d’entre elles garantit 1,68 euro par an aux partis qui ont fait 1% des suffrages dans au moins 50 circonscriptions. A ce titre, l’UMP, qui a obtenu plus un peu plus de 7 millions de voix le 10 juin dernier, peut espérer près de 12 millions d’euros, auxquels il faut retrancher 5 millions d’euros environ pour non-respect de la parité. Soit 7 millions d’euros.

D’autre part, chaque parlementaire qui se revendique d’un parti lui apporte une dot d’un peu plus de 42.000 euros par an. Avec 196 députés et 131 sénateurs, l’UMP peut attendre 13 millions d’euros, explique Challenges. …]

Donc, l’UMP devrait recevoir en tout et à peu près 20 millions d’euros dans le cadre du financement des partis politiques et si on soustrait les 6 342 000 euros de ces députés rejoignant cette scission, l’UMP recevra en réalité près de 14 millions d’euros. Or, leur trésorerie affiche un déficit de 15 millions d’euros et sans compter que son endettement est estimé de 50 à 70 millions d’euros, selon plusieurs sources parlementaires.

Au vu de ces chiffres négatifs, on comprend aussi comment l’ancien président, Nicolas Sarkozy, a laissé la France avec une dette vertigineuse.

A ce propos, le camp Fillon se réunit demain pour élaborer cette scission ou la constitution d’un groupe parlementaire indépendant.

Puis, aujourd’hui des voix s’élèvent et accusent Jean-François Copé de s’être servi de l’UMP à des fins personnels, comme Dominique Dord, trésorier national de l’UMP, qui vient d’annoncer dans un communiqué qu’il présentera cet après-midi même sa démission. Le député-maire d’Aix-les-Bains dit « ne plus supporter l’ambiance au sein de la direction du parti ».

[… « J’ai accepté la mission de trésorier de l’UMP en 2010 dans un esprit de confiance accordé par Nicolas Sarkozy et Xavier Bertrand alors secrétaire général du parti. Aujourd’hui, la confiance n’y est plus, je me refuse à cautionner la mascarade qui se joue actuellement » nous a-t-il confié il y a quelques minutes. Dominique Dord dénonce par ailleurs « l’utilisation des moyens du parti pendant la campagne électorale en vue de l’élection à la présidence de l’UMP qui n’a profité qu’à un seul candidat, Jean-François Copé. Ce procédé aurait été dénoncé pour n’importe quelle élection et aurait dû entraîner une annulation du résultat. Je suis moralement choqué et j’ai donc choisi de démissionner de mon poste de trésorier », a déclaré le député-maire. …]

Le trésorier de l’UMP, Dominique Dord, a dénoncé et montré du doigt de façon très explicative Jean-François Copé :

[… Plusieurs d’entre nous avaient demandé à Jean-François Copé de se mettre en retrait du Secrétariat Général le temps de la Campagne pour éviter toute suspicion. Il l’a refusé.

Son équipe de collaborateurs salariés de l’Ump, largement rémunérée,  pas moins d’une dizaine de cadres autour de Jérôme Lavrilleux, n’a cessé, sans le moindre scrupule, de jouer un rôle très actif et ostensible pendant les 3 mois de la Campagne: représentant par exemple, tout à fait officiellement Jean-François Copé à la Cocoe, dans un mélange des genres effarant, participant à l’antenne à des débats radiodiffusés, mentionné comme référent de Jean-François sur des documents officiels de campagne,…

On peut évaluer à plus de 200k€ l’avantage représenté sur quatre mois, par la prise en charge de cette équipe salariée par le Mouvement.

Le siège social de la rue de Vaugirard lui même a été utilisé sans discontinuer comme siège de Campagne et jusqu’au soir de l’élection devant les caméras de France et de Navarre! (300 k€ sur 4 mois?).

Les moyens de communication du parti ont été  mobilisés au seul profit de Jean-François Copé. Le site internet a compté en moyenne 4 photos de lui en Une chaque jour depuis le mois de Juillet.

Que dire de choses plus anodines mais tellement révélatrices comme les notes de frais des collaborateurs, ou l’achat par l’ump du livre de Campagne de Jean-François pour plus de 3000€…

Soyons clairs, dans n’importe quelle élection avec un résultat aussi serré, le juge électoral annulerait le scrutin au motif de l’utilisation abusive des moyens collectifs par l’un des candidats. Dans un contexte où le Mouvement est exsangue (J’ai à maintes reprises tiré la sonnette d’alarme sur le fait que le déficit de trésorerie atteindra plus de 50 millions d’euros en Juin prochain) et devra faire face à un plan de redressement douloureux sur lequel nous nous sommes engagés auprès des banques mais dont les décisions tardent à être mises en œuvre, ces abus revêtent à l’évidence un aspect moralement inacceptable.

Les 50 000€ de dédommagement proposés à chacun des 2 candidats prennent quant à eux des allures d’alibi.

Dans le cas d’un résultat très serré, et par ailleurs contestable et contesté, on voit comme tous ces exemples prennent une portée qui entache la moralité, la sincérité, et au final la légitimité du scrutin et de celui qui s’en proclame  vainqueur.

Sur toutes ces questions, nous avons besoin d’un sursaut autant moral que statutaire. …]

Même si on se doutait bien que les partis politiques n’ont pas toujours été démocratiques et qu’ils n’ont pas toujours été au-dessus de tout soupçon, il est exceptionnel de voir qu’à l’UMP le voile a été définitivement levé sur certains de ses dirigeants.

Enfin, au vu de toutes ces accusations, qui sont, reconnaissons-le, lourd de sens, Jean-François Copé ne peut pas se prétendre être le président légitime de l’UMP et il ne peut pas non plus prétendre avoir été élu dans les règles de l’art.

Je vous conseille de lire aussi le décryptage très intéressant du journaliste Thierry de Cabarrus sur Jean-François Copé et Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et le juge Gentil, le rapprochement analytique sur les personnalités de Sarkozy à Copé : « La méthode Sarkozy-Copé : décrédibiliser le juge Gentil et le médiateur Juppé« 


Retrouvez aussi cet article sur mon autre blog au Nouvel Obs.

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité, Les news de Sarkouille la fripouille, Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 201 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 75,016 hits
Catégories
Calendrier
novembre 2012
L M M J V S D
« Oct   Déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
%d blogueurs aiment cette page :