Amendements contre le mariage gay : entre "obstructions, diffamations et stigmatisations", je préfère le discours d’Elisabeth Badinter !


sperme-mariage-gay1

« Selon une expression d’Albert Einstein : Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres. »

 

manu-2-manif-égalité471.preview

Depuis fin janvier, le projet de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe [mariage pour tous] est débattu à l’Assemblée nationale, d’où pas moins de 5 094 amendements ont été déposés par l’opposition [UMP] visant le projet de loi.

Vu le nombre d’amendements, je me suis dit que l’opposition avait énormément de chose à « dire » sur la question de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels et qu’elle a dû travailler jour et nuit pour nous concocter autant d’amendements, parmi lesquels, je m’imaginais lire moult idées, propositions, critiques, rejets… constructifs.

Or, il n’en est rien, car après avoir passé plus d’une heure sur le site de l’Assemblée nationale à lire ces amendements, les uns après les autres et page après page. On s’aperçoit, très vite, que les députés de l’opposition ont, essentiellement, copié-collé quelques amendements par dizaines, par vingtaines, par trentaines, voire beaucoup plus… je me suis arrêtée à la page 83 et je n’ai pas noté tous les doublons.

[Pour info, les amendements sont répertoriés sur 510 pages.]

Un exemple de ces doublons, l’amendement N° 3334 proposé [je pense], par le député umpiste, Bernard Gérard, et qui a été repris par un nombre incalculable de ses camarades [de classe] : amendements N° 33443346345835263539358035993817… ces amendements-doublons visent à supprimer le projet de loi, car considérant, selon l’opposition, que « le mariage n’a pas à devenir le lieu d’un combat pour l’égalité des droits entre couples hétérosexuels et homosexuels. Toute notre jurisprudence le confirme : traiter différemment des situations objectivement différentes n’est pas un motif de discrimination. (…) ».

A vrai dire cette multiplication d’amendements identiques n’est qu’une veille ruse visant à faire de l’obstruction parlementaire.

En effet, l’UMP espère retarder le vote [prévu vers le 12 février] et l’application de son texte.

Donc en réalité, l’opposition a déposé beaucoup moins d’amendements qu’elle l’avait prétendu si « pompeusement ». Comme l’a fait dernièrement sur son blog le député umpiste, Patrick Balkany :

[A la veille de l’ouverture des débats, nous sommes déjà plus de 150 députés UMP à avoir déposé plus 5 000 amendements afin de modifier radicalement ce projet de loi, notamment les articles concernant l’ouverture du droit à l’adoption pour les couples de même sexe. Nous avons ainsi déposé toute une série d’amendements afin que l’adoption soit limitée aux couples mariés hétérosexuels.]

Donc, hormis l’obstruction manifeste de la part de l’opposition, d’autres amendements sont pour le moins, pour certains d’entre eux, diffamant et stigmatisant à l’égard des couples homosexuels, d’où j’ai relevé, aussi, des relents homophobes.

En voici quelques-uns :

L’amendement N° 3 « présenté » par 27 députés de l’opposition, dont François Fillon et David Douillet.

Amendement pour lequel les députés visent le nouvel article 143 du Code civil proposé au vote par le projet de loi et qui sera ainsi rédigé : « Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe ».

Les députés demandent que ledit article soit substitué par leurs quatre alinéas suivants :  » 1°) Le mariage est l’union librement consentie d’un homme et d’une femme, reposant sur leur engagement public et solennel pris devant la société. 2°) La famille fondée sur le mariage est placée sous la protection particulière de la loi. 3°) Le mariage est une institution. Il inscrit le couple dans l’alliance et fonde la parenté, offrant à l’enfant une filiation indivisible, maternelle et paternelle. 4°) Cette nature particulière du mariage fonde l’existence de règles régissant impérativement ses conditions, ses effets et sa dissolution ».

Tout en s’appuyant sur l’un des quatre rédacteurs du Code Civil, Jean Etienne Portalis, les députés évoquent dans leur exposé que « le maintien de l’ordre public dans une société est la loi suprême » et pour lequel « la différence de sexes est une condition essentielle et d’ordre public du mariage en droit français, de sorte que son non respect constitue une cause de nullité absolue du mariage ».

Selon eux, les couples mariés de même sexes verront leur union viser par une dissolution en nullité, du fait qu’ils n’auront pas rempli les critères auxquels « la différence de sexes est exigée ».

L’amendement N° 2128 « proposé » par la députée umpiste, Marie-Christine Dalloz, rappelle que l’article 162 du Code civil est rédigé comme suit : « En ligne collatérale, le mariage est prohibé, entre le frère et la sœur ». La députée « s’inquiète » que la proposition de loi n’ajoute rien, selon elle, sur « l’interdiction fondamentale du mariage dans une même fratrie » et rappelle ainsi que « l’inceste est un tabou universel… »

Si le texte de cet amendement ne relève pas de la diffamation discriminatoire agrémentée par des relents homophobes, c’est que je ne sais pas lire entre les lignes !

Le député umpiste, Hervé Mariton, se distingue [au sens le plus péjoratif du terme] de ses petits camarades dans le dépôt de plusieurs amendements.

En effet, dans l’amendement N° 1922, il demande dans « Le souci de donner des pouvoirs au conjoint d’un des parents biologiques de l’enfant ne doit pas permettre que plus de deux personnes disposent de la qualité de parent, par filiation naturelle ou adoptive, vis-à-vis de l’enfant. »

Ou bien dans l’amendement N° 1991, où il précise « qu’Un enfant ne peut être celui de plusieurs couples : le désir d’enfant, légitimement partagé par plusieurs couples ne peut se concrétiser dans le partage d’un même enfant entre ces derniers ».

Ainsi que sur l’amendement N° 1894, dans lequel, selon lui, « Le principe de précaution ne peut s’appliquer uniquement aux espèces animales alors qu’il ne s’appliquerait pas aux enfants des hommes. Dès lors qu’il existe un risque que l’enfant puisse pâtir de la décision d’adoption, il faut y renoncer. Si l’on peut avoir un doute raisonnable sur le fait que certaines des règles relatives à la filiation adoptive, notamment par un des deux personnes de même sexe, représente un risque, même non certain, l’État a le devoir de ne pas appliquer ces règles et les juges pourront les écarter ».

Ou alors sur l’amendement N° 1896, auquel « Les parents d’un enfant peuvent spécifier par testament les conditions dans lesquelles ils veulent que leurs enfants soient adoptés s’ils décèdent. L’État les respecte si elles sont compatibles avec l’intérêt supérieur de l’enfant ».

Mais aussi les amendements N° 1900 et 1905, que je vous laisse découvrir.

Alors que son voisin, situé à l’extrême droite, Jacques Bompard, a reçu la palme des amendements les plus grotesques.

C’est ainsi qu’il demande d’abroger les articles 144 et 145 qui interdisent le mariage avant les dix-huit ans révolus dans son amendement N° 4662 et préconise donc le mariage des mineurs.

D’autres articles parmi lesquels, le député d’extrême droite demande, aussi, leurs abrogations, se sont ceux qui interdisent le mariage entre frère et sœur [amendement N° 4667].

Ainsi que l’article 163 qui prohibe le mariage entre l’oncle et la nièce, la tante et le neveu [amendement N° 4668].

Cela se passe de commentaires…

ebadinter8n1Alors, à ces amendements déposaient par l’opposition, je préfère écouter, et de loin, le discours d’Elisabeth Badinter, le 13 décembre dernier à l’Assemblée nationale durant les auditions ouvertes sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, organisées par le rapporteur, Erwann Binet : « L’approche des ethnologues et des philosophes« 

Elisabeth Badinter est favorable au mariage civil pour les personnes de même sexes et a expliqué pourquoi il était important que les couples homosexuels puissent avoir les mêmes droits que les couples hétérosexuels.

Pour une raison simple, ce sont l’évolution de nos mentalités et de nos pratiques qui nous amènent, aujourd’hui, à ce que le mariage pour les couples homosexuels se normalise.

Or aujourd’hui, le couple marié hétérosexuel n’est plus considéré comme le modèle unique dans et pour notre société laïque, comme ne le saura, demain, le couple marié homosexuel.

Sur ce constat, il est grand temps que notre société avance vers cette normalisation, puisqu’elle le demande.

Dès demain, tout ce que nous retiendrons sur l’ouverture du mariage civil aux couples homosexuels, c’est que notre civilisation aura, une fois de plus, avancé d’un grand pas.

Autrement dit, notre société considèrera cette ouverture comme d’un progrès sociétal majeur et au même titre que le fut, par exemple, l’abolition de la peine de mort en 1981, c’était seulement hier.

Puis, l’analyse d’Elisabeth Badinter sur le refus des opposants et notamment celui de l’église et de certaines de ses ouailles, fut d’une extrême justesse.

En effet, la philosophe a touché du doigt les deux raisons essentielles qui les amènent à s’opposer.

La première est la « représentation millénaire de l’union d’un homme et d’une femme, jugée seule légitime dans nos sociétés » aux yeux de l’église.

Bien que cette représentation soit millénaire, elle doit être, selon elle, combattue.

Alors que « le couple homosexuel fut jugé, durant ce même millénaire, comme monstrueux, honteux et scandaleux, contraint de se dissimuler sous peine des pires châtiments, [comme le rappelle la philosophe], sous peine de la peine de mort pendant très longtemps » et encore aujourd’hui c’est toujours le cas dans certains pays où la religion fait loi.

En dépit de cela, en 1982 une avancée majeure a vu le jour en France, la gauche [sous Mitterrand] a décriminalisé l’homosexualité en reconnaissant l’égalité de la préférence sexuelle.

La deuxième raison, selon la philosophe, de cette hostilité de l’église à l’égard du mariage civil homosexuel, c’est « qu’elle ouvre la voie à l’homoparentalité ».

La question que l’église se pose est la suivante, cite-t-elle, « deux hommes ou deux femmes peuvent-ils élever des enfants sans dommage particulier pour ces enfants ? »

Question qui en appelle une autre, pour Elisabeth Badinter, « la parenté biologique, hétérosexuelle, naturelle, est-elle un modèle indépassable de nos sociétés ? »

Sur ce point, les opposants se basent, selon elle, sur deux principes.

Le premier est fondé sur « le principe finaliste ». « Si Dieu ou la nature a créé deux sexes différents pour la reproduction de l’humanité, c’est qu’ils sont nécessaires pour l’élevage des enfants. L’un et l’autre n’ont ni les mêmes caractéristiques, ni les mêmes rôles, ni les mêmes fonctions. Nous répétons depuis toujours ».

Et le deuxième est érigé, par l’église, sur « l’essentialisme ». « La nature fait loi et s’en écartée est source de désordres, de mal ou de péché ».

Or, explique et rappelle la philosophe, « c’est au nom de ces mêmes principes que les églises et autres courants de pensée ont combattus si longtemps, par exemple, la vaccination et bien d’autres progrès médicaux, scientifiques ou sociaux. (…). »

Élisabeth Badinter dit « oui » au mariage pour tous – Youtube – par openingnight4

Bien que son exposé se soit déroulé avant ce débat à l’Assemblée nationale aux 5 000 amendements… [débat qui se terminera en définitive par le vote de la loi].

Cela sera Elisabeth Badinter qui -à mes yeux- aura eu finalement le dernier mot… parce que son discours restera, lui aussi, dans nos mémoires et transmis aux générations futures.


« Au mariage pour tous, nous disons oui » > Signez le manifeste


Sondage sur Facebook : souhaitez-vous le retour de DSK en politique ?

Retrouvez aussi cet article sur mon autre blog au Nouvel Obs.

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité, Politique, Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 202 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 73,487 hits
Catégories
Calendrier
février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  
%d blogueurs aiment cette page :