Mise en examen de Sarkozy dans l’affaire Bettencourt : l’arroseur arrosé !


2374237

« DSK explosera en vol… Il sera pulvérisé par une bombe atomique, une déflagration, un tsunami. Cela se produira en mai (2011). Il ne pourra même pas participer aux primaires du PS.… » Propos recueillis le 6 avril 2011 à l’Assemblée Nationale par Michel Taubmann d’une personne travaillant dans un grand ministère français. « Le roman vrai de Dominique Strauss-Kahn » de Michel Taubmann.

 

Bien que pour l’ancien patron du FMI et ex favori de la présidentielle, Dominique Strauss-Kahn, la presse dans son ensemble, mais aussi l’UMP et en l’occurrence Nicolas Sarkozy, ont bafoué les droits à la présomption d’innocence auxquels DSK, comme tout justiciable qu’il soit puissant ou pas, qu’il soit blanc ou pas, qu’il soit riche ou pas, qu’il soit connu ou pas…, avait pourtant droit.

Celui que Marianne surnomma dans une de ses Unes, « le voyou de la République » : « La République est aux mains d’un président qui ne s’encombre d’aucune espèce de morale. Sa priorité absolue devant des sondages désastreux : rester au pouvoir. Démagogie, outrance, provocation sont ses armes favorites. Première victime : l’égalité républicaine. » Nicolas Sarkozy et ancien chef de l’Etat, vient d’être mis en examen pour « abus de faiblesse » à l’égard de Liliane Bettencourt dans l’affaire Bettencourt. Bien qu’il soit mis en examen et hormis que je me réjouis personnellement de cette grande nouvelle que j’attendais patiemment, lui aussi a droit aux mêmes droits auxquels tout justiciables à droit en démocratie. Même si celui-ci a bafoué ces mêmes droits.

On sera grand seigneur avec lui…

Juste 10 mois après son échec à la présidentielle et malgré la défection imposée à Dominique Strauss-Kahn, les affaires qui collent à l’arrière-train de l’ancien chef de l’Etat depuis des années et parmi lesquelles une vient de le rattrapée.

L’affaire Karachi par laquelle le Monde s’était procuré la transcription d’une écoute téléphonique de l’ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Thierry Gaubert, qui a été mis en examen le 15 mai 2012 pour « blanchiment aggravé » dans le cadre de cette affaire tentaculaire qui aurait causé la mort de 14 personnes dans l’attentat de Karachi au Pakistan en mai 2002.

Cette écoute téléphonique avait été mise en place par la police qui est chargée d’enquêter sur « le financement occulte » d’une campagne électorale, laquelle a révélé que « des commissions versées sur des contrats d’armement conclus en 1994 avec l’Arabie Saoudite (Sawari II) et le Pakistan (Agosta) pourraient avoir été détournées au profit de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995. »

« En plaçant sur écoute un portable de Thierry Gaubert, la police capte, le 19 juillet, une conversation entre sa fille, Nastasia, et un ami, David C., portant sur les révélations que la femme de M. Gaubert pourrait faire à la police. »

[… – Nastasia : « En fait, ils ont trouvé un compte aux Bahamas, et euh… mon père l’avait mis au nom de ma mère. »

– David : « Oui, oui. »

– N. : « Donc voilà. Il a dit à ma mère : si tu craques euh…, toute la famille saute, on saute tous (…) Il lui a dit euh… vraiment, on est dans la merde. »

– D. : « Putain. »

– N. : « Ouais. Et euh… personne pour l’aider parce que euh… Copé est trop dans la merde. Hortefeux est trop dans la merde. Et si euh… Sarko ne… ne passe pas au deuxième tour, euh… lui aussi est (inaudible) dans la merde et personne ne l’aide. Il a dit… Mon père, il a dit à ma mère : personne m’aidera. Parce que tout le monde est dans la merde (…). Sarko, il veut même pas l’aider. Enfin là, ça va encore, mais si… si Sarko il passe pas en 2012 euh…, vraiment, ils sont tous dans la merde. »

– D. : « Ah là je crois que si Sarko il passe pas, ils sont morts. »

– N. : « Ah ouais. Tous. » …]

Elle ne croyait pas si bien dire et cela ne fait que commencer…

Après avoir dessaisi la juge Isabelle Prévost-Desprez qui était en charge au début quand l’affaire Bettencourt n’était qu’une affaire familiale et dont des soupçons s’étaient portés sur des éventuels abus de faiblesse contre Liliane Bettencourt.

La juge a été mise en examen par la suite pour « violation du secret professionnel » et qui serait à l’origine « des fuites dans le journal Le Monde de la perquisition menée au domicile de Liliane Bettencourt, le 1er septembre 2010 ».

Dans le livre, « Sarko m’a tuer« , écrit par Gérard Davet et Fabrice Lhomme, journalistes au quotidien le Monde. Cette enquête regroupe le témoignage de 27 personnalités et parmi lesquelles, la juge Isabelle Prévost-Desprez. Elle témoigne sur son instruction et ce qui l’avait frappée dans cette affaire c’était « la peur des témoins… Ils étaient effrayés de la violence avec laquelle Claire Thibout avait été déstabilisée, ils ne voulaient pas connaître son sort ».

Cette peur des témoins, c’est aussi la peur qu’avait ressentie l’ancienne comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout.

[… Après un entretien avec Médiapart, elle expliqua qu’après avoir témoigné sur l’homme de confiance de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, qui lui avait demandé « de retirer 150 000 € destinés à Éric Woerth pour le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy », elle s’était mise au vert à Fourques (Gard), reçoit le 7 septembre les policiers de la brigade financière venus spécialement de Paris. « Les policiers voulaient me faire dire que Médiapart était un journal de voyous. Alors je leur ai répondu que je n’avais pas formulé ma réponse aussi précisément que ça, que j’avais dit qu’il y avait des politiques qui venaient à la maison, parmi lesquels Sarkozy, et que je me doutais qu’ils devaient recevoir de l’argent. Concernant Sarkozy, je me souviens d’avoir précisé que je n’avais pas de preuve, mais qu’il pouvait avoir touché de l’argent. » « Les policiers n’étaient pas contents, ils voulaient que je leur dise que tout était faux. Ils subissaient eux-mêmes une incroyable pression. À chaque feuillet tapé, l’un des quatre policiers faxait le PV à sa hiérarchie et au parquet de Nanterre, qui rappelait pour faire changer tel ou tel mot.

[…] Quand j’ai entendu Nicolas Sarkozy faire allusion à moi à la télévision, j’ai ressenti un vertige. Je me suis dit : Je suis au cœur d’une affaire d’État, moi ! » « Ce qui m’a frappée dans le supplément d’information que j’ai conduit, c’est la peur des témoins », explique la juge Prévost-Desprez. « les témoins avaient peur de parler sur PV (procès-verbal) à propos de Nicolas Sarkozy. » « L’infirmière de Liliane Bettencourt, a confié à ma greffière, après son audition par moi : J’ai vu des remises d’espèces à Sarkozy, mais je ne pouvais pas le dire sur procès-verbal. Bref, ce procès représentait pour l’Élysée un risque majeur, il y avait 90 % de chances pour que ce soit déflagratoire. Il fallait me faire dessaisir, par tous les moyens. Il était impératif de me débarquer. » …]

Après avoir essayé d’étouffer l’affaire Bettencourt grâce au concours notamment de l’ancien procureur de Nanterre et proche de l’ancien chef de l’Etat, Philippe Courroye.

Ce dernier a été mis en examen pour « collecte illicite de données à caractère personnel par un moyen frauduleux déloyal et illicite » et pour « violation du secret des correspondances » dans l’affaire dite des écoutes illégales et des fadettes sur deux journalistes du Monde enquêtant sur l’affaire Bettencourt.

« Mais cette mise en examen avait été annulée par la chambre de l’instruction. Le quotidien le Monde s’est pourvu depuis en cassation contre cette décision et avait saisi le Conseil supérieur de la magistrature. Le 12 juillet 2012, celui-ci avait déclaré cette saisine recevable et a renvoyé Philippe Courroye devant son Conseil de discipline. »

Après avoir aussi essayé de discréditer le juge Gentil, magistrat instructeur indépendant et non nommé par le pouvoir en place, et qui est chargé d’instruire l’affaire Bettencourt depuis deux ans, en le faisant passer presque pour un « imbécile » sur une supposée confusion qu’il aurait commise sur le nom Bettencourt la confondant avec le nom d’Ingrid Betancourt.

[… Démenti du parquet de Bordeaux

Fait rare, le parquet de Bordeaux a démenti cette interprétation à la demande des juges chargés du dossier. Contrairement à ce qui a pu être publié ce jour dans divers organes de presse à propos d’une confusion entre Mme Ingrid Betancourt et Mme Liliane Bettencourt, la convocation de M. Nicolas Sarkozy ne mentionnait pas un rendez-vous relatif à Mme Ingrid Betancourt, figurant dans son agenda à la date du 5 juin 2007 au palais de l’Elysée, et il n’a pas été interrogé sur ce point », dit-il dans un communiqué. …]

Hier soir à Bordeaux, Nicolas Sarkozy a été confronté aux quatre membres du personnel de Liliane Bettencourt : l’ex-majordome Pascal Bonnefoy, une ancienne femme de chambre, Dominique Gaspard, l’infirmière Henriette Youpatchou, et un autre maître d’hôtel, de témoin assisté il est ressorti avec une mise en examen par le juge Gentil pour « abus de faiblesse » sur l’héritière de l’Oréal Liliane Bettencourt.

La nouvelle n’étant pas passée inaperçue sur la toile, les sarkozystes en premier lieu se sont précipités pour crier d’une part « l’innocence » de Sarkozy sur les réseaux sociaux et à la télévision, et d’autre part dénoncer des « méthodes au relent politique évident » de la part d’un des umpistes Christian Estrosi, voyant là une « vengeance » du pouvoir en place après la démission du ministre du Budget, Jérôme Cahuzac… par laquelle le timing serait troublant.

Cela va même plus loin, un autre umpiste, Lionel Lucas, a lancé sur Twitter des accusations sur l’actuel chef de l’Etat, François Hollande : « La seule chance pour FH en 2017 c’est d’éliminer par tous les moyens la possibilité d’une candidature du seul adversaire qui peut le battre! ».

Et enfin le plus drôle dans toute cette agitation, dans laquelle l’UMP s’en prend à la justice qui ne serait pas indépendante d’après eux et dont fusent aussi des « théories du complot » :

« Je me demande s’il n’y a pas une opération de déstabilisation en ce moment dans notre pays », a accusé mystérieusement Christine Boutin sur BFMTV.

« Plus Nicolas Sarkozy est populaire, plus certains tentent de l’empêcher par un 3ème tour judiciaire. Un règlement de comptes politique ! » pour l’ex du Front national, Guillaume Peltier, sur Twitter.

« Qui peut croire à l’absence d’arrière pensées politiques avec un scénario aussi grossier contre N. Sarkozy », pour Eric Ciotti, toujours sur Twitter.

« Pour les magistrats de gauche la parole d’un ancien président de la république vaut moins que celle d’un majordome », pour David-Xavier Weiss, encore sur Twitter.

Ce matin sur Europe 1, le député UMP Henri Guaino s’en est lui aussi directement pris au juge Gentil. « Je conteste la façon dont il fait son travail », a lancé l’ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. « Je la trouve indigne, je trouve qu’il a déshonoré un homme, les institutions, la justice ».

Et la réaction ne s’est pas fait attendre de la part de l’Union syndicales des magistrats (USM)…

[… Une remise en cause de l’indépendance de la justice qui pourrait faire l’objet de poursuite de l’Union syndicales des magistrats (USM). « Jeter le discrédit comme ça sur une décision de justice, c’est juste illégal et d’ailleurs, nous envisageons de demander à la garde des Sceaux aujourd’hui d’engager des poursuites contre monsieur Guaino et nous allons saisir aussi monsieur Bartolone, président de l’Assemblée nationale », a déclaré son président sur Europe1. …]

Et cela n’est pas prêt de se terminer…


Sondage sur Facebook : souhaitez-vous le retour de DSK en politique ?

Retrouvez aussi cet article sur mon autre blog au Nouvel Obs.

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité, DSK, Les news de Sarkouille la fripouille, Politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 201 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 74,281 hits
Catégories
Calendrier
mars 2013
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
%d blogueurs aiment cette page :