Le revenu de base universel pour tous : pour ou contre ?


revenu2_0_730_518

“Une grosse fortune ne vaut pas un petit revenu tous les jours.” Proverbe chinois

 

La Suisse va se prononcer, aujourd’hui par référendum, sur la création du revenu de base universel pour tous.

Le principe est de verser un revenu, appelé “revenu de base inconditionnel (RBI)” de 2 500 francs suisses (environ 2 260€) à tous citoyens, qu’ils soient salariés ou sans-emploi, y compris aux étrangers vivant dans le pays depuis au moins 5 ans. Et 650 francs suisses (590€) pour tous les mineurs et dès leurs naissances.

Un mouvement, né en 2013, les “citoyens motivés et engagés”, (Génération RBI), a réussi à réunir plus de 100 000 signatures afin d’enclencher ce référendum.

Cette proposition a suscité dans le pays un débat passionné entre les pour et les contre. Bref, il est fort probable que cette proposition soit rejetée par une majorité de contre. Car, le Parlement helvétique s’est prononcé contre et le gouvernement recommande aussi de rejeter cette proposition.

Il n’empêche que cette idée n’est pas toute récente. En effet, c’est l’humaniste et Chancelier du Royaume d’Angleterre, Thomas More, qui en est le géniteur. Il l’avait imaginé, en 1516, dans son œuvre “Utopia”.

A ce sujet, la Finlande va l’expérimenter dès 2017 en allouant un revenu mensuel de 800 euros mois.

Et en France alors ? Comme vous pouvez vous l’imaginer, il y a aussi des pour et des contre…

Les arguments des pour :

  • lutter contre la pauvreté et l’exclusion

Baptiste Mylondo, professeur d’économie à Sciences Po Lyon et à Central Paris, défend cette idée, car “tout le monde a droit à un revenu décent et suffisant pour vivre. Il faut donc le garantir de façon inconditionnelle (et) personne ne doit se trouver en dessous du seuil de pauvreté”. Lequel est fixé, en 2015, à 987€.

Selon l’Observatoire des inégalités, “la France compte entre 4,9 et 8,5 millions de pauvres selon la définition adoptée” etdont près 3 millions d’enfants”. Pour les 18-29 ans, la pauvreté s’élève à 18,6%.

Si l’on prend l’exemple du Canada, qui l’avait expérimenté entre 1974 et 1979 dans la ville du Manitoba et dont les résultats se sont avérés plutôt bénéfiques. Tout d’abord, la pauvreté a reculé, les visites médicales ont diminué, la santé mentale s’est améliorée, le taux des études secondaires a bondi à la hausse et enfin la criminalité a baissé.

  • être libre de faire ce que l’on a envie de faire et même de ne pas travailler

Pour le Mouvement Français pour le Revenu de Base (MFRB) -et oui il en existe un France et plusieurs même-, “un revenu inconditionnel distribué à tous, sans l’exigence du moindre travail, s’oppose à notre culture et à nos principes moraux. N’est-il pas écrit : tu gagneras ton pain à la sueur de ton front”.

Selon eux, “la dignité de l’homme n’est pas liée au seul travail. Elle est aussi fonction du rôle social de la personne partagé en quatre activités : le travail de production, la participation à la vie collective et associative, la vie familiale et la vie relationnelle.”

Une motivation fondée à cause du chômage de masse et par le fait qu’il n’y a pas assez de travail pour tout le monde. Selon le cabinet Roland Berger Strategy Consultants, d’ici à 2025, 3 millions d’’emplois seront détruits dus à l’automatisation des tâches.

  • simplification des aides sociales

Pour la vision à gauche, Baptiste Mylondo milite pour que “toutes les prestations sociales (soient) conservées, sauf le RSA et les allocations familiales”.

Idem à droite à une virgule près, avec les libéraux de Génération Libre, dont son fondateur Gaspard Koenig, aussi écrivain et ancienne plume de la présidente du FMI Christine Lagarde, le “Liber  remplacerait de nombreuses allocations, dont le RSA, la prime pour l’emploi, les allocations familiales, ou les exonérations fiscales sur les revenus du patrimoine”.

De ce fait, le revenu de base permettrait de faire des économies et génèrerait, en plus, une économie de paperasse.

  • se projeter dans l’avenir

Pour le Mouvement Français, “par sa permanence, le revenu de base permet à chacun de raisonner à long terme et de former des projets”. Et pour les libéraux, ils parient, entre autres, sur l’opportunité de voir émerger l’esprit d’entreprise.

Ainsi, le revenu de base améliorerait la vie des pauvres  et ils auront, en outre, plus de temps à consacrer à l’éducation des enfants et aussi à leur santé.

Les arguments des contre :

  • son coût

La Fondation Jean-Jaurès a simulé trois scénarios à 500, 750 et 1 000 euros par mois et selon leur simulation, le revenu de base serait finançable. Si l’on retient, par exemple, le scénario de revenu de base à 750€, le revenu coûterait 504 milliards d’euros, soit 24% du PIB.

Le revenu de base peut être financé en mobilisant l’ensemble des dépenses actuelles de protection sociale, branche vieillesse incluse, sans prélèvements obligatoires supplémentaires et en dégageant un excédent budgétaire de 14 Md€, qui peut permettre d’anticiper la hausse tendancielle du revenu de base”.

Selon les calculs de l’exécutif helvétique rapporté par La Croix, la Suisse, si elle adopte ce projet, devra trouver chaque année “200 milliards d’euros pour servir les 8 milliards de Suisses” et “obligerait à augmenter les impôts dans des proportions trop considérables”.

  • un effet répulsif sur le travail

L’économiste libéral, Alexandre Delaigue, avance l’effet répulsif sur le travail : “peu de gens accepteront de faire des emplois désagréables et mal payés s’ils touchent déjà le revenu de base.”

Que nenni, lui répond le maître de conférences à Angers, David Cayla, qui explique que “la majorité des emplois – écoles, crèches, hôpitaux, maisons de retraite… – sont des boulots pénibles, mais essentiels. On ne peut pas s’en dispenser !” et de plus “le travail est un besoin social. Il faut l’organiser, avec des services publics et privés qui fonctionnent. Et il s’agit, en majorité, de travaux pénibles, non mécanisables et non négociables. On ne peut pas laisser croire que la société peut s’en exonérer”.

Selon un sondage paru en avril dans le quotidien suisse 24 heures, seulement 2% des Suisses arrêteraient de travailler, si la proposition était adoptée et dans l’optique que le revenu de base soit fixé à 2 500 francs suisses. Ce faible pourcentage s’explique par le fait que le salaire brut médian est de 6 118 francs suisses (soit 5 014€).

  • cela ne permettra pas de vaincre la précarité

Selon Alternatives Economiques, le revenu de base ne se ferait pas sans contrepartie : « la seule solution viable pour instaurer un revenu de base est donc de supprimer certaines prestations sociales ».

C’est ce qui semble être les pistes suivies, que ce soit pour Génération Libre ou la Fondation Jean-Jaurès, selon elle le revenu de base “pourrait être financé en réorientant l’ensemble des dépenses actuelles de protection sociale (retraite, assurance-maladie, chômage, allocations familiales), à l’exception de celles consacrées à la prise en charge des affections de longue durée”.

Devant cette hypothèse, le revenu de base aurait pour conséquence d’appauvrir une partie des chômeurs.

Publicités
Tagged with: , , , , ,
Publié dans Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 201 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 75,465 hits
Catégories
Calendrier
juin 2016
L M M J V S D
« Mai   Août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
%d blogueurs aiment cette page :