Sevran : “le Molenbeek” français ?


CteCjPfXYAA8otX

« L’islamisme ne peut exister que comme religion officielle ; quand on le réduira à l’état de religion libre et individuelle, il périra. L’islamisme n’est pas seulement une religion d’État, (…) c’est la religion excluant l’État… » Joseph Ernest Renan

 

L’enquête sur l’intégrisme islamiste de Bernard de la Villardière n’a laissé personne indifférent…

En effet, Dossier Tabou a consacré sa première enquête sur “l’islam en France : la République en échec” et a eu le mérite de jeter une lumière crue, sans maquillage et sans fard, sans tabou et sans langue de bois, sur une réalité dérangeante et violente pour certains ; mais évidente et salutaire pour d’autres…

Une réalité crue de ce qui se passe en France, par laquelle on observe que l’intégrisme islamiste s’implante bien en France et que l’inconscience de certains élus fait reculer les principes et les valeurs de la République, qui elle recule sous ses coups de boutoir. Une des conséquences de ces reculades est le principe de la laïcité bafouée, foulée aux pieds… à cause notamment de certains pouvoirs politiques en quête de voix électoralistes, mais aussi par lâcheté.

A savoir, que Bernard de la Villardière et son équipe ont été agressés lors du tournage à Sevran par des jeunes qualifiés de mi-délinquants et mi-salafistes, et sur Twitter des appels à son assassinat ont été lancés après la diffusion de l’enquête.

Depuis plus de 20 ans la République et la laïcité reculent sans cesse face aux coups de pied de l’intégrisme islamiste

Je vous parlerai à peine du port du voile intégral cachant le visage porté comme d’un étendard provocateur, pourtant interdit et toujours porté au mépris de la loi… pire pour payer leurs contraventions des femmes verbalisées se font aider par des étrangers, notamment par l’activiste algérien Rachid Nekkaz.

A noter que dans certains quartiers, des écoles autorisent les filles de se dévoiler dans l’enceinte de l’établissement pour éviter la pression du quartier.

En liaison avec cet étendard et selon un sondage, 63% des Français sont opposés au port du voile.

Je vous parlerais un peu de l’hôpital public d’où la laïcité est mise à mal… par exemple, au centre hospitalier Delafontaine à Saint-Denis dans lequel des femmes refusent d’être soignées par des hommes médecins. Pis, le personnel soignant affichant pour certaines, au mépris de la loi sur la laïcité dans la fonction publique, des signes religieux ostentatoires, comme le voile. Autre entorse à la laïcité, un étudiant médecin portant une longue barbe (à la mode salafiste) a refusé de la coupée et est parti. L’hôpital a invoqué le principe d’’hygiène et non parce qu’elle représentait un signe religieux ostentatoire. En cause, le flou juridique de la loi sur les signes religieux ostentatoires. Et d’ailleurs suite à cette affaire la faculté de médecine de Bobigny a soutenu son étudiant et a boycotté l’hôpital Delafontaine en n’envoyant plus ses externes… faisant du coup le lit de l’intégrisme islamiste.

Juste une petite ligne sur le financement de culte déguisé… comme à la mairie de Paris par son ancien maire, Bertrand Delanoë, qui a financé l’Institut des Cultures d’Islam abritant une mosquée et la mairie a été condamnée, en 2014, par le tribunal administratif de Paris, pour, entre autres, avoir alloué “une subvention déguisée pour l’exercice d’un culte” et de l’avoir “délibérément dissimulée aux élus du Conseil de Paris”.

Les salafistes et les frères musulmans, même combat ?

Mohamed Louizi, ancien frère musulman, en a fait une description précise de leurs intentions :

“La 9ème Rencontre Annuelle des Musulmans du Nord organisée par l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) a lieu ce dimanche. Trois orateurs étrangers prêchant ouvertement la haine ont été déprogrammés. Cependant beaucoup dénonce la proximité de l’UOIF avec les Frères musulmans … Comment définir l’idéologie de ces derniers ?

Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères Musulmans avait défini son islam globalisant, son idéologie politique, comme étant, je cite: « une organisation complète qui englobe tous les aspects de la vie. C’est à la fois un état et une nation, ou encore un gouvernement et une communauté. C’est également une morale et une force, ou encore le pardon et la justice. C’est également une culture et une juridiction, ou encore une science et une magistrature. C’est également une matière et une ressource, ou encore un gain et une richesse. C’est également une lutte dans la voie d’Allah et un appel, ou encore une armée et une pensée. C’est enfin une croyance sincère et une saine adoration. L’islam, c’est tout cela de la même façon ». (…)

Théoriquement, dans ses écrits, se rêve est inscrit dans un processus stratégique partant d’abord et essentiellement de l’éducation de l’individu – d’où la priorité accordée aux « jeunes musulmans » par les frères lors de ce 9ème RAMN à Lille, entre autres. Ensuite de l’individu, il faut former le foyer musulman, puis le peuple musulman, puis atteindre le gouvernement islamiste, puis établir le califat, puis reconquérir l’Occident puis atteindre le Tamkine planétaire. Ça paraît fou comme idéologie et projet politique, mais force est de constater que depuis 1928, cette vision globalisante demeure opérante et présente, non seulement en Egypte, mais partout ailleurs, y compris en France. (…)

FigaroVox : Les Frères musulmans se disent légalistes et non violent…

M.L. : Ce n’est pas vrai. Il n’y a qu’à lire l’intégralité de « l’Epître du jihad », écrite par Hassan Al-Banna que j’ai traduite dans mon essai autobiographique : Pourquoi j’ai quitté les Frères musulman, et qui circule toujours dans des cercles fermés des frères de l’UOIF en France. Son contenu n’a aucune différence avec la matrice idéologique jihadiste de toutes les organisations terroristes : Al-Qaïda, Al-Nosra, Daesh, etc. L’on y trouve, les mêmes textes violents, la même rhétorique jihadiste et les mêmes préconisations à recourir, par obligation religieuse, à l’usage des armes. La différence entre les Frères et les autres, c’est une différence de degré et non de nature. Il y a ceux, comme les groupes qui usent de la violence maintenant et ici. Les Frères les soutiennent, directement ou indirectement, et peuvent y recourir le moment venu. Je rappelle que l’appel au jihad en Syrie a été lancé, depuis le Caire, le 13 juin 2013, par une coalition composée de Frères musulmans et de salafistes. Le président de l’Egypte à cette époque s’appelait Mohamed Morsi. Les frères actuellement à la tête de la confrérie à l’internationale comme ici en France font parti du courant de Sayyid Qotb, la référence de tous les jihadistes contemporains, qu’il soit frères ou pas.

FigaroVox : Certains évoquent un double discours. Est-ce établi ?

M.L. : Lors de l’éclatement de l’affaire qui avait opposé le lycée Averroès à un professeur de philosophie, en février 2015, Amar Lasfar, le président de l’UOIF avait déclaré face à la caméra de France Télévision que l’UOIF n’a aucun lien avec les Frères musulmans. Un an plus tard, presque jour pour jour, Mohamed Karrat, l’un des lieutenants fidèles d’Amar Lasfar et qui est aussi recteur de la mosquée de Villeneuve d’Ascq, cadre responsable de la Ligue Islamique du Nord et professeur au lycée Averroès, a déclaré lors d’un court discours, en français, devant des fidèles, ce vendredi 5 février, que derrière l’attaque qu’a subi le 9ème RAMN prévu à Lille, « c’est l’UOIF qui est visé ». Il a dit: « L’UOIF est accusée d’être des Frères musulmans, et ça, personne ne s’en cache. Nous ne cachons pas notre identité. Nous en sommes fiers … » Ainsi, l’un dit qu’il n’y a pas de lien entre l’UOIF et les Frères musulmans et se permet d’attaquer en justice ses contradicteurs pour diffamation. Un an plus tard, l’UOIF affirme son identité frériste publiquement. Voici un exemple éclatant de ce double-discours presque banal. Je considère qu’au-delà du double discours, il y a un discours « en arabe » et un autre « en français ».

FigaroVox: Vous accusez l’UOIF d’être « une base de réserviste »…

M.L. : Lorsqu’on lit et analyse l’« Epître du jihad » d’Hassan Al-Banna et les écrits de Sayyid Qotb, notamment son interprétation de la Sourate 8 et 9, entre autres, ainsi que son livre: Jalons sur la route, on déduit une constance idéologique chez les Frères : Le frère musulman, par définition, ne peut être que jihadiste, en opération, ou réserviste caressant le rêve de faire le jihad armé un jour. Lorsqu’il est en stade de réserviste, il doit soutenir par tous les moyens ceux qui partent faire le jihad : par le soutien financier, par le soutien médiatique, par les prêches, par les invocations, etc. Hassan Al-Banna avait construit cette idée fondamentale sur des textes religieux attribués au Prophète Mohammad: « Quiconque meurt sans avoir combattu et sans en avoir jamais eu le désir, meurt sur une branche d’hypocrisie » ! C’est plutôt Hassan Al-Banna qui considère les Frères, en général, et l’UOIF en particulier, comme étant une base de réservistes.

FigaroVox: Quelle est la différence entre frères musulmans et salafistes ? Un frère musulman est-il forcément un salafiste ? Un salafiste forcément un terroriste ?

M.L. : Ce que je peux confirmer, c’est que la matrice idéologique salafiste et jihadiste est la même pour les trois cités. Et ce, nonobstant les quelques disparités et variances de langages constatées, par-ci ou par-là. Ceci étant, un frère ne peut être que jihadiste ou réserviste. Le réserviste peut ne jamais porter des armes. Il peut se rendre compte de la supercherie et quitter. Il n’y a pas d’automaticité de passage d’un stade à l’autre. L’humain est imprévisible. Il peut être quiétiste et basculer ensuite dans le jihadisme le plus abjecte. Il peut être jihadiste et se repentir. Mais une chose est sûre : pour rompre avec tout ceci, il faut un traitement des racines de la violence, religieuse ou pas, à la source. L’idéologie des Frères Musulmans ne doit être exclue de cette lutte contre la radicalisation et les facteurs idéologiques qui la sous-tendent. (…)”

Sur ce point, il est utile de préciser que pour 32% des musulmans la loi islamique est supérieure aux lois de la République.

Les villes Molenbeek françaises

C’est qui semble être le cas de Sevran en Seine-Saint-Denis, une ville de 50 000 habitants.

La particularité de cette ville, c’est que l’idéologie salafiste y a investi les quartiers de Sevran et le maire en serait tenu pour responsable.

A noter qu’une quinzaine de jeunes sont partis faire le djihad en Syrie par le biais d’une salle de prière nommée par les habitants : “la mosquée daesh” et dix d’entre eux auraient trouvé la mort.

Le maire de Sevran, Stéphane Gatignon, est soupçonné de clientélisme électoral, notamment par Gilles Boitte (conseiller municipal du Front de Gauche). Si le vote musulman représente 5% de la population en France, à Sevran en revanche il représenterait, selon l’enquête, 45%.

Les accusations de clientélisme se portent sur la location d’un terrain communal, dont a bénéficié une école coranique et à un prix défiant toute concurrence : 300€/mois. Terrain loué 13 jours avant les élections municipales de 2014. Le maire se justifie pour une “nécessité à plus de transparence” et parce que des parents refusaient de scolariser leurs enfants à l’école de la République.

Pour la transparence, vous reviendrez plus tard… car cette école privée est dirigée par des salafistes et en somme reste très mystérieuse de par son statut hors contrat avec l’Education nationale et donc non contrôlée, et dans laquelle sont “scolarisées” des fillettes et pour la plupart voilées. Selon Gilles Boitte, le directeur de cette école refuse de serrer la main des femmes.

Autre entorse à la laïcité, la mairie de Sevran prête gratuitement une salle d’un bâtiment communal, consacré à la jeunesse, et dans laquelle on y enseigne le coran.

Stéphane Gatignon a accusé Bernard de la Villardière d’avoir stigmatisé sa ville…

Face à aux accusations de Stéphane Gatignon, je préfère citer la réaction de Fatiha Boudjahlat (secrétaire nationale du Mouvement républicain et citoyen (MRC) en charge de l’Education et membre-fondateur du Printemps Républicain) :

RT France : Le maire de Sevran a cependant réagi en disant que l’auteur de l’émission avait fait « de la provoc »…

F. B. : Parce qu’il n’a vraiment rien pu répondre. C’est tout de même quelqu’un qui a, en 2011, réclamé l’intervention de l’armée dans sa ville pour lutter contre les trafiquants de drogue. Là, par contre, il joue le jeu en disant que le journaliste montre une mauvaise image de la ville. Mais il avait lui-même réclamé l’intervention de l’armée. Il avait lui-même montré une mauvaise image de sa ville. Ceci est typique des personnes qui, au lieu de lâcher le pouvoir parce qu’elles ne sont plus compétentes, préfèrent livrer la ville aux barbus pour garder leur pouvoir. Pour des villes comme ça, je demande une tutelle de la préfecture. Ces villes sont dirigées par les élus qui cherchent le pouvoir à tout prix. Quelles qu’en soient les conséquences !

RT : Est-ce que l’islam est effectivement un sujet tabou en France ?

F. B. : L’islamisme politique est un sujet tabou en France. C’est-à-dire, un sujet dont on ne parle pas là où on devrait en parler, soit dans les institutions. On essaie absolument de préserver la paix sociale, les établissements hors contrat par exemple sont très peu contrôlés, et en général on ne les ferme jamais pour le contenu de l’enseignement qu’ils dispensent, mais pour des raisons administratives, l’absence d’extincteurs… Pas en raison de problèmes de sécurité. C’est un sujet tabou en ce sens où on s’empêche d’en parler. Et on s’empêche d’être lucide. Ils se stigmatisent tous seuls pour une pratique rétrograde, rigoriste. Moi-même je suis issue de la culture musulmane. Ils ont donc plus de mal à me traiter d’islamophobe. Ce ne sont plus les gens avec lesquels j’ai grandi. On ne voit plus l’islam que j’ai connu, qui était un islam culturel, mais c’est devenu un islam du prédicateur, un islam dominateur. Et le résultat : ils livrent tous le musulmans qui se comportent bien, qui vivent bien, qui se sentent Français, ils les livrent aux mains des islamistes. Voilà ce que font ses élus. C’est une grande trahison.   

63% des Français considèrent que les musulmans placent leurs croyances religieuses au-dessus des lois de la Républiques et ils n’ont pas tout à fait tort…

 

Publicités
Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Intégrisme islamiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Casimira

Je Suis Toujours Debout !
France attentat 13 11 15
Je Suis Toujours Charlie !
hebergement images
PageRank
PageRank
Online

Compteur de visiteurs en temps réel

Hit Counter

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 201 autres abonnés

Partager ce blog
Facebook Twitter More...
Me suivre sur Twitter
Pages vues…
Hit Counter
Stats du Site
  • 75,464 hits
Catégories
Calendrier
octobre 2016
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
%d blogueurs aiment cette page :